Congrès Européen de Médecine d'Urgence - Glasgow (2018)

J'ai le plaisir, au nom de l'exécutif de l'EUSEM, de vous inviter tous à Glasgow pour participer au Congrès européen de médecine d'urgence qui se tiendra du 08 au 12 septembre 2018 .

Le congrès est organisé en collaboration avec le Collège Royal de Médecine d'Urgence , juste après la célébration historique du 50 e anniversaire de la médecine d'urgence au Royaume-Uni.

Nous vous promettons tous ensemble un programme scientifique encore plus étincelant, intéressant et précieux couvrant tous les aspects de notre discipline, et donnant l'occasion de discuter de questions difficiles comme la réponse aux catastrophes, les arrêts cardiaques, les urgences gériatriques et pédiatriques, le leadership et la gestion. et plein d'autres. La Société européenne des soins infirmiers d'urgence sera de nouveau à nos côtés pour organiser le programme scientifique. En effet, cette année, des formats d'interaction, de simulation, d'innovation et d'implication seront utilisés et chaque participant aura l'opportunité de rencontrer les leaders et les experts les plus renommés, qu'il s'agisse de vos amis ou de vos professeurs.

Congrès "Urgences 2018" - Discours de Agnès Buzyn

Madame la Présidente de la Société française de médecine d’urgence, Docteur Agnès Ricard-Hibon, 
Monsieur le Président du Conseil national de l’urgence hospitalière, Professeur Pierre Carli,
Monsieur le Président de Samu-Urgences de France, Docteur François Braun,
Monsieur le Président de l’Association des médecins urgentistes de France, Docteur Patrick Pelloux,
Mesdames, Messieurs,

Ma venue au Congrès l’année dernière figurait parmi mes premiers déplacements dans mes nouvelles fonctions, et je me souviens, comme si c’était hier, des attentes que vous aviez exprimées.

Les complications hémorragiques sous anticoagulants au service des urgences

   L’anticoagulation orale, qui était effectuée depuis plus de 40 ans et jusqu’en 2008 uniquement par les anti-vitamines K (AVK), est une thérapeutique indispensable de certaines pathologies telles que la fibrillation auriculaire (FA), la maladie thromboembolique veineuse et les prothèses valvulaires cardiaques afin de prévenir un accident thromboembolique. La FA est le trouble du rythme le plus fréquent. 
D’après un article de l’HAS paru en 2014, près de 70 % des patients en FA ont plus de 75 ans et sa prévalence est supérieure à 10 % chez les personnes âgées de plus de 80 ans. Au cours des années 2011 et 2012, les anticoagulants oraux directs (AOD) ont obtenu l’indication dans la prévention des accidents thromboemboliques, notamment des accidents vasculaires cérébraux chez les patients adultes avec FA non valvulaire. 

Limitation et arrêt de thérapeutique active aux urgences

Résultat de recherche d'images pour "fin de vie"
La fin de vie n’est pas toujours perçue comme inéluctable par le patient et son entourage. Cela implique un recours très fréquent à l’hospitalisation et notamment aux urgences. Pourtant, dans certaines situations, la réanimation d’une défaillance semble plus relever d’une obstination déraisonnable que du service rendu au patient. Face à ces situations devenues désespérées, la seule alternative éthique à une obstination déraisonnable, remplaçant le terme d’acharnement thérapeutique semble être la décision de limitation ou d’arrêt de thérapeutiques actives (LATA), sous réserve qu’elle soit prise et mise en œuvre en respectant un certain nombre de règles.

Secourisme en cas de catastrophe

Les situations de catastrophe, quels que soient leurs types, peuvent nécessiter la mise en oeuvre du plan Novi-ORSEC1 avec mobilisation des secouristes, sous l’autorité du commandant des opérations de secours (COS). L’objectif est d’organiser les moyens humains et matériels dans le but de prendre en charge un maximum de victimes avec une qualité de soins la plus optimale possible.
Les secouristes interviennent selon les ordres ducommandant des opérations de secours (COS) à différentsniveaux de la chaîne des secours :
•à l’avant pour le ramassage et les premiers gestesd’urgence ;
•au niveau du point de rassemblement des victimes (PRV) et du poste médical avancé (PMA) ;
•et enfin au niveau des évacuations.